Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 08:53
 cranach.jpg

Cranach et son temps 

 

Par une belle journée de printemps, j'ai délaissé l'atelier, les cours de bijouterie et le jardinage pour prendre le chemin du musée du Luxembourg où m'attendait mon amie Claude pour visiter l'exposition consacrée à Cranach l'Ancien.

 

Eh bien je n'ai pas vibré !

 

Né en 1472 et mort en 1553, Cranach a vécu une époque passionnante : découverte de l'Amérique par Christophe Colomb en 1492, réforme protestante menée par Martin Luther, diffusion de la Renaissance à travers toute l'Europe...

 

Et pourtant, je n'ai pas vibré...

 

Malgré la grande virtuosité de sa peinture, je ne me suis pas sentie touchée par la grâce. Comment, en effet, s'émouvoir devant ses madones joufflues et mafflues aux cheveux germaniquement blonds, quand on les compare aux vierges à l'enfant d'un Quentin Metsys si pleines d'intériorité frémissante ?

 

Comment considérer son Martyre de Sainte Catherine comme une peinture de dévotion, quand les couleurs claquent de façon si criarde et que les personnages grimacent de façon si peu digne ?

 

Comment admirer ses représentations d'Adam et Eve quand on a en tête le précédent sans aucune commune mesure du génial Dürer ? La plupart du temps, Eve a l'air d'une adolescente androgyne prépubère et le serpent semble bien ridicule, petit et atrophié comme il est !

 

Je n'aime pas l'aisance matérielle et la satisfaction de l'homme arrivé qui transparaissent dans sa peinture : ses portraits de Frédéric le Sage, son mécène, sont juste flatteurs comme il sied à un bon courtisan. Regardez et comparez avec la gravure de Frédéric le Sage faite par Dürer... Vous comprendrez.

 

Quant à ses Vénus, Judith et autres martyres, elles ont l'air de courtisanes avec leur regard en coin, limite vicieux, et leurs décolletés indécents.

 

Comprenez moi bien : je ne suis pas une prude qui s'effarouche au moindre bout de peau exposé, mais je n'aime pas le cabotinage pictural visant à émoustiller le bourgeois qui s'offre une toile du sieur Cranach.

 

Maintenant, pour mes amis lecteurs qui s'intéressent aussi à la bijouterie, l'exposition vaut (tout de même) la peine d'être vue pour les somptueux bijoux que portent les femmes peintes par Cranach. Sautoirs aux emmaillements précieux s'empilant sur d'épais colliers de chien richement ouvragés, doigts parés d'innombrables bagues, décolletés rebrodés de centaines de perles... Les Allemandes du XVIème avaient un style bling bling en diable, et elles assumaient !

 

L'Iris Noir

www.irisnoir.fr  

Repost 0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 00:00
grace-kelly-copie-1.jpg 

Déception au Victoria & Albert Museum

 

Le weekend dernier, je suis allée à Londres pour faire du shopping, écouter du Mozart (cf. article d'hier) et voir l'exposition consacrée à Grace Kelly au Victoria & Albert Museum.

 

Que vous dire ?... Pour moi, le style Grace Kelly est surtout celui qu'elle s'est forgé pendant ses années de cinéma, grâce aux costumes que créa pour elle la talentueuse et incontournable Edith Head au rythme de films aussi célèbres que "Fenêtre sur Cour", "Une Fille de la Campagne" ou encore "La Main au Collet".

 

C'est donc le style cher à Alfred Hitchcock, dont elle fut l'une des actrices de prédilection : lisse, chic, froid et brûlant à la fois. Ah ! La longue robe de mousseline blanche dans laquelle elle charme Cary Grant sur fond de feux d'artifice dans "La Main au Collet" !

 

Mais la scénographie de l'exposition est tellement terne qu'on en ressort déçu : dans une méchante petite salle mal éclairée, on y voit de tristes robes et tailleurs qui couvrent en grande partie sa vie de Princesse de Monaco.

 

Contrairement à des actrices telles qu'Audrey Hepburn ou Catherine Deneuve, qui ont su devenir les égéries de grands couturiers comme Givenchy ou Saint Laurent. Contrairement à des femmes de, comme Jacky Kennedy Onassis ou, plus récemment, Lady Di, qui sont devenues de véritables icônes de la mode...

 

Je ressors de cette exposition avec la pénible impression que l'aura de cette femme s'est peu à peu éteinte sous le poids des convenances et de l'étiquette princière. Et ce n'est pas le malheureux petit sac à main gold de chez Hermès, qui se morfond dans une petite vitrine mal mise en valeur, ou encore les bijoux plus que classiques de chez Van Cleef & Arpels, qui me feront changer d'avis.

 

Savez-vous qu'au cours des dernières années de sa vie, la Princesse Grace de Monaco s'adonnait à l'art des tableaux de fleurs séchées ?...

 

L'Iris Noir

www.irisnoir.fr

Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 10:00
teotihuacan.jpg J'ai visité l'exposition du musée du Quai Branly

Par un froid de gueux (mais je suis fatiguée suite à une nuit d'insomnie, donc plus vulnérable), je suis allée découvrir l'expo du musée du Quai Branly consacrée à la Cité des Dieux.

Que vous dire ? Allez, je vais être un peu méchante : scénographie triste, éclairage triste, peu d'objets vraiment exceptionnels...

Je ne suis pas ressortie fascinée. Mes seuls coups de coeur : la petite série de masques mortuaires (dont le plus extraordinaire est sans conteste celui de l'affiche), deux encensoirs anthropomorphes dits "théâtres" aux couleurs chatoyantes (mais tellement mal mis en valeur dans le bas d'une méchante vitrine mal éclairée !), enfin un récipient délirant en forme de poule fait à partir de bois, de coquillages et de mille autre petits éléments apparemment disparates mais si bien agencés entre eux !

Pour ce qui est des bijoux, quelle déception ! Quand on sait à quoi pouvaient ressembler les pectoraux, boucles d'oreilles, labrets et autres ornements nasals sculptés dans le jade, le basalte ou l'obsidienne... Pourquoi un choix aussi pauvre ?

Bref, vous avez jusqu'au 24 janvier pour aller voir cette exposition sur Teotihuacan, la ville où naquirent le Soleil et la Lune (selon les Aztèques) et qui disparut aux environs de l'an 500 après JC sans qu'on sache vraiment très bien pourquoi (incendie ? Révolte ? Invasion de Martiens ?).

L'Iris Noir
www.irisnoir.fr
Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 10:10
 emeraude.jpg ...va devenir un énorme bouddha kitsch

Un fabricant de bijoux vietnamien vient d'acquérir pour 1.45 million de dollars la plus grosse émeraude du monde. D'un poids de 35 tonnes (un camion, quoi !), ce bloc extrait au Myanmar mesure 3 m de haut, 2.3 m de large et 2.4 m d'épaisseur.

L'heureux acquéreur annonce vouloir y faire sculpter une statue du Bouddha qui devrait peser 15 tonnes et qui sera la plus grande du genre dans le monde. Le reste devrait servir à sculpter une statue de 7 tonnes du premier ancêtre des rois Hung, les fondateurs du pays.

Si vous allez dans les musées, vous trouverez de merveilleux exemples de la statuaire sacrée du Vietnam. Mais il faut malheureusement croire que ce savoir-faire s'est perdu suite aux vicissitudes traversées par le pays au cours des cinquante dernières années.

En effet, la statue du Bouddha devrait s'inspirer de l'art népalais et indien, et sera réalisée par une cinquantaine d'artisans chinois (coût estimé de 800 000 $) !

Et c'est vrai que si vous allez sur le site de l'acquéreur de l'émeraude (www.thanchaungocviet.com.vn), vous ne pourrez qu'être abasourdis par la laideur des statues, peintures et autres bijoux en pierres qui y sont proposés !

Enfin, il est triste de penser que le Bouddha, symbole de la sagesse et de la bonté, sera sculpté dans une pierre provenant de l'une des dictatures les plus sanguinaires au monde. Un détail qui aura sans doute échappé à l'acquéreur vietnamien de l'émeraude...

L'Iris Noir
www.irisnoir
Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 12:11
  ...prennent une initiative bizarre

Jugez plutôt : les deux marques se sont associées pour créer cinq clips à télécharger sur un site dédié (http://more.madame.lefigaro.fr).

Hier le premier de ces épisodes retraçant la vie d'une femme chanelo-figarienne a été dévoilé : baptisé "24 heures chrono", il retrace - je cite - "la vie sublimée d'une femme contemporaine et les moments forts de son incroyable journée".

On y voit un mannequin visiblement très riche qui saute d'un avion pour participer à un conseil d'administration puis assister à un défilé de mode, avant d'aller en boîte puis de finir la nuit dénudée devant un homme. Outre que l'histoire est kitch à souhait, digne d'un roman Arlequin, on ne voit quasiment pas les bijoux Chanel Joaillerie portés par Wonder Top Model.

Un exemple : à 21.00 H, elle danse en mini robe asymétrique Martin Margiela et porte un pendentif Eléments Célestes en or blanc pavé de 1300 diamants. Mais comme elle est de dos, l'internaute ne peut absolument pas voir à quoi ressemble ledit pendentif !!! Quel intérêt pour Chanel Joaillerie ???

Bref : un bel exemple de pub à mon avis complètement ratée qui a dû coûter bonbon à Chanel et au Figaro...

L'Iris Noir
www.irisnoir.fr
Repost 0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 09:40
Bérénice est une tragédie...



De Racine, bien sûr ! Souvenez-vous : Rome s'oppose à l'union de l'empereur Titus avec son grand amour, Bérénice.

Hélas aujourd'hui, la belle reine de Palestine est devenue une vilaine copieuse d'idées... Je vous raconte :

Acte 1 : fin 2007, mon amie Elizabeth Allegre peint un tableau sur New York. De mon côté, je crée ma collection de bijoux NY Forever, dédiée à Big Apple.

Acte 2 : en avril 2008, présentation de ce travail à quatre mains au Salon d'Art Contemporain de La Défense. Succès et articles dans la presse !

Acte 3 : au printemps 2009, la marque de prêt à porter Bérénice lance ses pulls NY City, au motif furieusement proche de... Vous ne trouvez pas ???

Splendeur et misère des créateurs... Nous sommes bien loin de "cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie" selon le grand Racine.


L'Iris Noir
www.irisnoir.fr
Repost 0

Présentation

  • : L'Iris Noir
  • L'Iris Noir
  • : blog de la créatrice de bijoux Iris Simon, dont la marque L'Iris Noir est spécialisée dans les bijoux en or, argent et pierres semi-précieuses.
  • Contact

Recherche

Pages