Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 11:05
cours 96

Histoires de feu

 

Les élèves craignent souvent de se frotter au chalumeau : le feu reste sans doute un élément sauvage et mystérieux dans l'inconscient humain... Et pourtant, maîtriser l'art de la soudure est indispensable si on veut avancer en bijouterie.

 

Allez, un peu d'histoire : sachez que l'homme découvre la technique de la soudure grosso modo quand il découvre... les métaux (évidemment !), c'est à dire au IVème millénaire avant JC. Mais ce n'est que vers 1850 (de notre ère) qu'on commence à utiliser le gaz pour chauffer les métaux à souder (avant, c'était une soudure à la forge). Quant au laser, découvert dans les années 60, ce n'est qu'à partir de la fin du XXème siècle qu'il commence à se démocratiser dans la bijouterie.

 

Bon, moi à l'atelier, je ne dispose pas de poste de soudure laser (trop cher !!!). Juste un bon vieux chalumeau de bijouterie qui fonctionne au mélange air / gaz (butane ou propane indifféremment), et qui produit une flamme montant jusqu'à 1500°C environ, suffisante pour souder de l'argent ou de l'or. Enfin, sachez qu'on soude l'argent à l'aide d'une brasure (définition : soudure faite avec un métal étranger plus fusible) à l'argent, c'est à dire un alliage d'argent et d'étain (vous l'avez deviné : l'étain est plus fusible que l'argent).

 

Voici deux créations de l'une de mes élèves dans le cadre de l'apprentissage de cette technique. Pour les boucles d'oreilles, elle est partie de fil d'argent qu'elle a découpé en tronçons. Les barres transversales ne sont pas simplement posées et soudées sur les barres verticales, mais elles ont été "encrânées" après que mon élève ait créé des petites encoches à la lime queue de rat pour une meilleure assise. Puis elle a appris à souder les petits anneaux qui servent à retenir les perles du bas ainsi que les systèmes d'accroche des boucles d'oreilles. Quelques queues de cochon plus tard, et ces pendants d'oreilles étaient prêts à être portés.

 

Pour le pendentif, mon élève a commencé par découper une plaque d'argent de 8/10ème sur laquelle elle a ensuite soudé des fils symbolisant les nervures de la feuille ainsi que la tige. Elle a également soudé deux petits picots sur lesquels nous sommes venues coller les deux cristaux de roche. Enfin, mon élève a opté pour une finition brossée en utilisant une brosse à mater métallique.

 

Le plus difficile dans la soudure, ça n'est pas le maniement du chalumeau. Je dirais que c'est plutôt apprendre à "sentir" comment réagit le métal : amener l'ensemble d'une pièce à la bonne température pour que la brasure fonde uniformément et donne naissance à une soudure homogène et solide. Après ça n'est plus qu'une question de pratique : plus on soude et mieux on soude ! Il n'en faut pas plus pour alimenter la flamme créatrice... 

 

L'Iris Noir

www.irisnoir.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christine ashbaugh 01/02/2012 12:44

Notre professeur a l'art de rendre les choses aimables - heureusement!
La soudure, ça me fout la trouille!
Bravo aux élèves qui maîtrisent cette technique.
Pour les amateurs d'émotions fortes je suggère la soudure à l'arc.
Ca décoiffe! Mais un peu hors sujet. Heureusement, ce n'est pas courant (c'est le cas de le dire!) en bijouterie.
A+
Ash

Présentation

  • : L'Iris Noir
  • L'Iris Noir
  • : blog de la créatrice de bijoux Iris Simon, dont la marque L'Iris Noir est spécialisée dans les bijoux en or, argent et pierres semi-précieuses.
  • Contact

Recherche

Pages