Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:16
cours 94

Passions ophidiennes

 

Le thème du serpent est récurrent en bijouterie, et ce depuis la nuit des temps. Si dans le Bible, ce pauvre ophidien est porteur de désordre et de félonie (souvenez-vous : Eve, la pomme, l'expulsion du jardin d'Eden...), dans de nombreuses autres civilisations il est au contraire symbole de sagesse et de fertilité. Je rappelle à cet égard l'histoire du Bouddha, qui aurait été protégé de la pluie et du froid par le cobra Naga qui l'aurait réchauffé au sein de ses anneaux et protégé des éléments en étendant au dessus de lui son capuchon.

 

Bref, ce reptile dépourvu de pattes fascine les hommes... et les femmes passionnées de bijouterie ! Deux de mes élèves se sont ainsi emparées de ce thème pour l'exercice du pendentif.

 

La première disposait de jolies pierres dures simplement percées d'un trou, à l'image de ce morceau de malachite. L'idée a été de sculpter un serpent dans de la cire verte, ses circonvolutions masquant deux tiges soudées qui entrent dans le trou de la pierre. Ainsi, le pendentif est articulé par rapport au serpent. Un ruban de mousseline et le tour est joué ! Bon, je ne vous cache pas qu'en voulant resserrer le corps du serpent à coups de maillets, j'ai explosé la première pierre de mon élève, une belle agate noire... La honte !

 

Ma deuxième élève voulait broder sur le thème de la pomme. Pour les petites branches, je lui ai conseillé d'en ramasser dans la nature et de les apporter directement chez le fondeur, qui les a fixées sur son arbre à cire pour en obtenir un tirage unique en argent (principe de la fonte à cire perdue). Le serpent, issu d'une maquette en cire verte, a été soudé sur la branche. Evidemment, nous avions pris soin au préalable de percer sa gueule pour faire passer le clou d'enfilage retenant la bille de corail rouge (la pomme !), ainsi que le haut du corps pour la chaîne.

 

Pour les écailles, nous avons eu l'idée de nous servir d'un cutter métallique dont le corps est joliment guilloché. Nous l'avons chauffé puis nous nous en sommes servies comme d'un rouleau à pâtisserie sur la cire verte. Et ça marche !

 

De mon point de vue, je trouve que ces pendentifs sont très réussis. Je ne pense pas me tromper en disant que mes élèves sont également très satisfaites du résultat !

 

L'Iris Noir

www.irisnoir.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christine ashbaugh 18/01/2012 10:31

Décidément, les élèves sont une source inépuisable d'idées - c'est vraiment intéressant de voir les différentes façons d'aborder les exercices et les résultats de leur labeur.
On ne s'ennuie jamais avec l'Iris Noir et ses apprentis!

Présentation

  • : L'Iris Noir
  • L'Iris Noir
  • : blog de la créatrice de bijoux Iris Simon, dont la marque L'Iris Noir est spécialisée dans les bijoux en or, argent et pierres semi-précieuses.
  • Contact

Recherche

Pages