Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 08:53
 cranach.jpg

Cranach et son temps 

 

Par une belle journée de printemps, j'ai délaissé l'atelier, les cours de bijouterie et le jardinage pour prendre le chemin du musée du Luxembourg où m'attendait mon amie Claude pour visiter l'exposition consacrée à Cranach l'Ancien.

 

Eh bien je n'ai pas vibré !

 

Né en 1472 et mort en 1553, Cranach a vécu une époque passionnante : découverte de l'Amérique par Christophe Colomb en 1492, réforme protestante menée par Martin Luther, diffusion de la Renaissance à travers toute l'Europe...

 

Et pourtant, je n'ai pas vibré...

 

Malgré la grande virtuosité de sa peinture, je ne me suis pas sentie touchée par la grâce. Comment, en effet, s'émouvoir devant ses madones joufflues et mafflues aux cheveux germaniquement blonds, quand on les compare aux vierges à l'enfant d'un Quentin Metsys si pleines d'intériorité frémissante ?

 

Comment considérer son Martyre de Sainte Catherine comme une peinture de dévotion, quand les couleurs claquent de façon si criarde et que les personnages grimacent de façon si peu digne ?

 

Comment admirer ses représentations d'Adam et Eve quand on a en tête le précédent sans aucune commune mesure du génial Dürer ? La plupart du temps, Eve a l'air d'une adolescente androgyne prépubère et le serpent semble bien ridicule, petit et atrophié comme il est !

 

Je n'aime pas l'aisance matérielle et la satisfaction de l'homme arrivé qui transparaissent dans sa peinture : ses portraits de Frédéric le Sage, son mécène, sont juste flatteurs comme il sied à un bon courtisan. Regardez et comparez avec la gravure de Frédéric le Sage faite par Dürer... Vous comprendrez.

 

Quant à ses Vénus, Judith et autres martyres, elles ont l'air de courtisanes avec leur regard en coin, limite vicieux, et leurs décolletés indécents.

 

Comprenez moi bien : je ne suis pas une prude qui s'effarouche au moindre bout de peau exposé, mais je n'aime pas le cabotinage pictural visant à émoustiller le bourgeois qui s'offre une toile du sieur Cranach.

 

Maintenant, pour mes amis lecteurs qui s'intéressent aussi à la bijouterie, l'exposition vaut (tout de même) la peine d'être vue pour les somptueux bijoux que portent les femmes peintes par Cranach. Sautoirs aux emmaillements précieux s'empilant sur d'épais colliers de chien richement ouvragés, doigts parés d'innombrables bagues, décolletés rebrodés de centaines de perles... Les Allemandes du XVIème avaient un style bling bling en diable, et elles assumaient !

 

L'Iris Noir

www.irisnoir.fr  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Iris Noir
  • L'Iris Noir
  • : blog de la créatrice de bijoux Iris Simon, dont la marque L'Iris Noir est spécialisée dans les bijoux en or, argent et pierres semi-précieuses.
  • Contact

Recherche

Pages